Selon sa classe et sa motivation, chaque élève peut choisir parmi les six groupes de la filière.

Chacun de ces groupes propose aux élèves un enseignement complet. Ses trois composantes, toujours liées, sont la pratique collective et individuelle du jeu, l’expérience de spectateur, et l’acquisition d’une culture théâtrale. Pour davantage de détails sur la mise en oeuvre concrète de ces programmes, voir le sous-menu « enseignement ».

La CHAT 6°/5°

C’est la dernière née de la filière. Créée à la rentrée de septembre 2020, la Classe à Horaires Aménagés Théâtre remplace l’atelier 6°/5°. La CHAT est le fruit d’un partenariat entre l’Éducation Nationale, le Conservatoire Départemental Émile Goué et la Scène Nationale d’Aubusson.

Elle accueillera une vingtaine d’élèves de sixième et de cinquième, le vendredi après midi, à raison de trois heures hebdomadaires (une heure de théorie et deux heures de pratique). Il s’agit souvent d’une découverte du théâtre, pleine d’enthousiasme. Les programmes incitent à créer des passerelles avec les autres disciplines artistiques, au collège Eugène Jamot d’Aubusson nous travaillons en lien avec la classe CHAM. De même, les programmes font appel à plusieurs compétences du socle commun : « La maîtrise de la langue », « La maîtrise des techniques de l’information et de la communication », « Les outils et méthodes pour apprendre », « La culture humaniste », « Les compétences sociales et civiques », « L’autonomie et l’initiative », etc.

La pratique est axée sur des jeux de mise en confiance, de coopération, de concentration. On apprend à raconter une histoire, à émouvoir un public, à interpréter un rôle, à déployer un éventail de techniques d’expression. Le plaisir du jeu est le maître mot. Le travail pratique s’appuie sur une pièce contemporaine jeune public.

L’approche culturelle est thématique, elle s’appuie sur le projet annuel de pratique et la programmation de la scène nationale. Il s’agit de s’approprier le vocabulaire de base, ainsi que les principales notions de jeu et de technique et de se familiariser avec les différents métiers du spectacle vivant. Pour ce faire, en début d’année, le groupe visite le théâtre et ses coulisses et rencontre l’équipe de la Scène Nationale.

Concernant l’école du spectateur, les élèves vont voir au moins quatre spectacles dans l’année, préparés en amont et suivis d’un échange en aval, et en rencontrent dans la mesure du possible les équipes artistiques.

L’enseignement est assuré par Marina Loritte, enseignante, ainsi qu’un intervenant professionnel choisi par le conservatoire départemental Émile Goué.

La Classe à Horaires Aménagés Théâtre (C.H.A.T) 4°/3°

La CHAT est le fruit d’un partenariat entre l’Éducation Nationale, le Conservatoire Départemental Émile Goué et la Scène Nationale d’Aubusson. Elle accueille une vingtaine d’élèves de quatrième et de troisième, le mardi après midi, à raison de trois heures hebdomadaires (une heure de théorie et deux heures de pratique). La CHAT est ouverte aux élèves provenant de l’atelier 6°/5° mais aussi à ceux qui souhaitent commencer le théâtre. Les programmes incitent à créer des passerelles avec les autres disciplines artistiques, au collège Eugène Jamot d’Aubusson nous travaillons en lien avec la classe CHAM. De même, les programmes font appel à plusieurs compétences du socle commun : « La maîtrise de la langue », « La maîtrise des techniques de l’information et de la communication », « Les outils et méthodes pour apprendre », « La culture humaniste », « Les compétences sociales et civiques », « L’autonomie et l’initiative », etc.

La pratique est axée sur des jeux de mise en confiance, de coopération, de concentration et des exercices d’improvisation, de diction, de mémorisation. Généralement, les élèves de CHAT abordent des textes de répertoire. L’apport théorique prend un peu d’ampleur : il s’agit de se repérer dans l’histoire du théâtre, de reconnaître les grands genres théâtraux et de découvrir le différentes formes de théâtre dans le monde. Les notions techniques sont également plus approfondies, la visite du théâtre est accompagnée d’une découverte des différents projecteurs. Concernant l’école du spectateur, les élèves vont voir six spectacles dans l’année, préparés en amont et suivis d’un échange en aval, et en rencontrent dans la mesure du possible les équipes artistiques. On commence à rédiger des critiques de spectacles à l’écrit.

L’enseignement est assuré par Marina Loritte, enseignante, et Hervé Herpe, comédien et metteur en scène pour le conservatoire départemental Emile Goué.

L’option secondes

Dès l’entrée au lycée, les élèves peuvent choisir l’option théâtre, ouverte à tous, et pratiquer le théâtre 3 heures par semaine, le lundi matin, s’ouvrir à la culture théâtrale et voir des spectacles.

La pratique est axée sur des jeux et exercices de mise en confiance, de coopération, de concentration et des exercices d’improvisation, de diction, de mémorisation. On apprend à mobiliser son corps et sa voix et à appréhender le texte et l’espace scénique. On apprend avant tout à considérer le théâtre comme une aventure humaine, individuelle et collective. La pratique théâtrale développe indissociablement la formation d’un « esprit de troupe » où s’associent solidarité, générosité, et liberté.

Généralement, les élèves de seconde travaillent autour de textes contemporains. L’apport théorique se fait au fil des séances, il s’appuie sur les spectacles vus et sensibilise les élèves aux grandes périodes de l’histoire du théâtre à partir de l’étude des lieux théâtraux. Les notions techniques sont également plus approfondies, la visite du théâtre est accompagnée d’une initiation à la régie et l’équipe de la scène nationale est présente pour faire découvrir aux élèves les métiers du spectacle vivant ainsi que le fonctionnement d’une scène nationale. Concernant l’école du spectateur, les élèves vont voir environ huit spectacles dans l’année, préparés en amont et suivis d’un travail en aval, et en rencontrent dans la mesure du possible les équipes artistiques. On sensibilise les élèves au processus de création. On rédige des critiques de spectacles à l’écrit, on affine son regard de spectateur à travers différents rendus de spectacle.

L’enseignement est assuré par Marina Loritte, enseignante, et Laurianne Baudouin, comédienne, metteuse en scène et directrice artistique de la compagnie La Présidente a eu 19.

L’option 1ère/terminale

A l’issue de la classe de seconde, les élèves peuvent choisir de s’impliquer dans une spécialité théâtre (voir ci-dessous) et/ou de continuer de manière plus ludique en option. Bien entendu, on peut également commencer le théâtre en première ou en terminale.

Les cours ont lieu le mercredi après-midi, à raison de 3 heures hebdomadaires. Le travail du jeu est moins approfondi qu’en spécialité, on y travaille essentiellement :

  • la mise en jeu de l’élève, c’est-à-dire son exploration par l’imaginaire de sa relation au corps, à l’espace, aux partenaires, au public, aux dramaturgies, au langage.
  • Des propositions de jeu réfléchies, pour soi, pour les autres, avec les autres.
  • La découverte et l’expérimentation par le jeu des possibilités physiques et vocales de l’élève.
  • La création d’un cadre de recherche libre et hasardeuse.
  • La dimension collective est toujours privilégiée.
  • Une année sur deux, la scène nationale propose en fin de saison un festival de rue : « Au bord du risque », c’est pour cette raison qu’une année sur deux les élèves de l’option 1ère/terminale travaille sur une forme en extérieur. L’an dernier, les élèves ont monté « Ubu dans la rue » et ont été programmé lors du festival. La théorie est adaptée à l’école du spectateur ainsi que sur les choix de dossier des élèves de terminale ayant choisi de présenter l’option théâtre au baccalauréat. Les élèves vont voir au moins 6 spectacles par an, pièces autour desquelles on découvre l’auteur, le contexte historique et culturel mais aussi l’univers des metteurs en scène et les différentes esthétiques. Les rencontres avec les équipes artistiques sont un élément important de l’approche des spectacles. On affine sa réflexion critique et on s’attache particulièrement à aborder les notions de « séance de théâtre » dans toutes ses dimensions, de représentation et performance, ainsi que de nature et place variable du texte de théâtre.

L’apport culturel est basé sur le projet pratique ainsi que sur l’expérience de spectateur. La pratique scénique et les spectacles au programme ouvrent ainsi la réflexion des élèves que l’histoire des formes théâtrales et du jeu, sur la dramaturgie et permettent d’aborder des questionnements politiques, sociologiques, esthétiques liés au théâtre. Le projet annuel s’articule autour d’un thème inscrit au programme et renouvelé annuellement.

L’enseignement est assuré par Marina Loritte, enseignante, et Laurianne Baudouin, comédienne, metteuse en scène et directrice artistique de la compagnie La Présidente a eu 19.

La spécialité de première

La réforme du lycée qui s’applique dès cette rentrée 2019 modifie largement l’enseignement de spécialité théâtre. A l’issue de la classe de seconde, les élèves choisissent trois spécialités parmi celles proposées dans leur lycée. L’une des richesses du lycée Eugène Jamot d’Aubusson c’est de proposer la spécialité théâtre.

L’enseignement de spécialité propose un parcours très complet pour des élèves qui désirent s’investir pleinement dans la pratique théâtrale. Souvent, les élèves de spécialité envisage de poursuivre des études et une carrière dans le domaine artistique, mais ce n’est pas le cas de tous : la spécialité théâtre prépare également aux métiers de la communication, du corps, du paramédical, de l’enseignement, de l’animation, du droit etc. C’est également un atout pour la préparation du grand oral, épreuve phare du baccalauréat.

Comme pour toutes les spécialités de première, 4h de cours hebdomadaires sont proposées aux élèves. La pratique est essentielle : improvisations, mise en espace, travail de groupe, prise en charge d’un processus de création… Deux projets sont menés dans l’année. Ils articulent la pratique de jeu, la culture théâtrale et l’approche de spectateur.

Les enjeux et objectifs de la classe de première de spécialité consistent à approfondir la relation artistique et esthétique de l’élève au théâtre, regarder le théâtre comme une pratique sociale, un fait théâtral, aborder la notion de représentation et de performance, diversifier le parcours de spectateur (les élèves voient entre 10 et 15 spectacles dans l’année, dans diverses salles), et penser ensemble l’expérience de plateau.

Deux projets viennent en classe de première compléter l’enseignement de spécialité :

  • Le Prix Sony Labou Tansi : les élèves sont inscrits au prix, lisent et échangent sur les cinq pièces en lice, puis votent avec les autres lycéens en fin d’année lors de la journée académique à Limoges. Ce projet débute en septembre par la remise du prix de l’année précédente et une journée au festival des Francophonies de Limoges.
  • Les rencontres interacadémiques de Poitiers : durant trois jours, tous les élèves de première de spécialité des académies de Limoges et Poitiers se retrouvent au Théâtre Auditorium de Poitiers autour d’un spectacle. Ils sont encadrés par l’équipe artistique de ce spectacle et pratiquent toutes sortes d’exercices en ateliers.

La culture théâtrale se déploie à partir d’un corpus constitué par le professeur en étroite relation avec certains des spectacles vus et avec les projets menés sur le plateau en partenariat avec l’artiste. Ce corpus comporte au moins deux objets d’étude, en lien avec les projets de pratique, choisis parmi les propositions ci-dessous :

  • le théâtre antique : la tragédie antique et le théâtre romain, approchés dans leur réalité anthropologique et culturelle, aussi bien qu’à travers les enjeux esthétiques fondateurs qu’ils ont légués au théâtre occidental ;
  • le théâtre au Moyen Âge : le théâtre et la fête, le théâtre et la ville, formes populaires et formes savantes ;
  • le théâtre occidental aux XVIIe et XVIIIe siècles : théâtre baroque (français, élisabéthain, Siècle d’or espagnol), théâtre classique ; tragédie, comédie, drame bourgeois ;
  • le théâtre au XIXe siècle : le mélodrame, le spectaculaire, le drame romantique, le vaudeville ; le boulevard ;
  • le théâtre moderne : la crise du drame (Ibsen, Tchekhov etc.) et l’apparition du metteur en scène ;
  • le théâtre brechtien et post-brechtien : Brecht et ses précurseurs ; théâtre politique et théâtre populaire au cours du XXe siècle ; le théâtre post-brechtien (et anti-brechtien) jusqu’aux années 1980 ;
  • le théâtre contemporain : dramaturgies contemporaines, écritures de plateau, théâtre documentaire, formes hybrides…

L’enseignement est assuré par Marina Loritte, enseignante; Nadine Béchade, comédienne professionnelle, et Thomas Gornet, comédien, metteur en scène et auteur. Tous deux font partie de la compagnie du Dagor.

La spécialité de Terminale

L’enseignement de spécialité de terminale se présente comme la continuation de celui de première. Il représente six heures hebdomadaires, 4h de pratique et 2h de théorie.

La pratique, l’apport culturel, technique et l’école du spectateur sont la poursuite et l’approfondissement de celui de première. Particulièrement, on y aborde la notion de théâtre sous toutes ses formes et dans le temps.

Ainsi, on se penche plus particulièrement sur les notions suivantes :

  • Texte et représentation : dramaturgie et mise en scène
  • Un art au présent ; la dimension performative
  • Les théâtre et les autres arts
  • L’archive théâtrale

Les élèves de terminale préparent les épreuves du baccalauréat. Le programme limitatif comporte deux questions renouvelable chaque année par moitié. Pour l’année 2020-2021, le programme aborde les deux questions suivantes :

  • Une oeuvre dramatique : Tous des oiseaux de Wajdi Mouawad
  • Un thème transversal à plusieurs oeuvres dramatiques : Les femmes dans trois comédies de Molière : L’Ecole des femmes, L’amour médecin et Tartuffe.

Pour en savoir davantage sur les épreuves du baccalauréat :

En classe de terminale, les élèves – en plus des deux grandes journées de présentations de tous les groupes à la scène nationale – jouent plusieurs fois dans l’année dans des lieux différents, se confrontent à plusieurs publics, assistent à une quinzaine de spectacles dans des lieux variés, pratiquent et rencontrent le théâtre sous un maximum de formes. Les élèves sont familiarisés avec l’équipe du théâtre, les régisseurs les accompagnent dans leur approche des techniques et de la scénographie. Les rencontres avec les équipes artistiques sont fréquentes, les élèves sont amenés à identifier la diversité des lieux et des acteurs de leur territoire.

L’enseignement est assuré par Marina Loritte, enseignante et ALexandra Courquet, comédienne et metteure en scène de la compagnie L’abadis.